...extraits de la presse locale :

Montredon
1993

Une quinzaine d'originaux, chaque semaine, se rassemblent en secret dans les murs de l'école de musique de Millau sous la férule d'un certain J.B. On distingue, au travers des murs, des échos de Gainsbourg, de Nougaro, des Beatles...

1994

une trentaine de zigotos, tous les huit jours, mènent discrètement réunion, sous la houlette présumée d'un dénommé Tissot, dans une salle reculée de ce même établissement. On entend assez clairement des chansons de Nino Ferrer, de Beau Dommage, de Souchon...

1995

une cinquantaine de quidams, qui s'affichent ouvertement et sans vergogne sous le nom de Poly'Songs, quatre fois par mois, tiennent ouvertement conférence musicale et entonnent à tue-tête du Beach Boys, du Gotainer, de la pop music, je vous demande un peu ! Le responsable s'appelle, croit-on savoir, J.B. T...

1996

la grande salle de l'harmonie millavoise craque, chaque mardi que le rock n'roll fait, sous le volume de quatre-vingts curieux spécimens ! Et ça chante et ça balance, ça swingue du diable et ça rigole même entre des couplets pas toujours très français. Le meneur est un bouffon qui s'appelle Jean-Bernard et qui se dit chef de choeur. Où va-t-on ?

97, 98, 99 etc.

qui trouvera le hall de gare à la mesure de cette horde hurlante ? à force de sombres recrutements, Poly'Songs a passé la barre des cent olibrius ! Lors de ses pow wows hebdomadaires, on s'y époumone au coude à coude dans des locaux toujours trop exigus. Le répertoire ? Des noms plutôt suspects circulent : Johnny Clegg, Salif Keita, Bratsch, Goran Bregovic... ça vous sent l'immigration clandestine. Le passeur responsable de cette invasion sonore est désormais bien connu : il s'agit de Jean-Bernard, Roger TISSOT. On devrait appeler les gendarmes...

2000-2017

malgré les efforts désespérés des tout derniers puristes, le mal est fait, il est trop tard : Poly'Songs sort de ses murs. La meute chantante arpente la ville, sillonne le département, parcourt la région, patrouille le pays, franchit les frontières... et ça vous chante du jazz, du gospel, du Cab Calloway et du San Severino. Pour ne pas être de reste, ils pillent Dutronc, Chanson Plus, Jacques Higelin, Brassens, François Béranger, Maxime Leforestier ! Comme si ça ne suffisait pas, ils s'attaquent à des chants manouches, à du vieux flamand, à du mandingue. Et puis carrément, sans une once d'hésitation, ce sont Manu Chao, Muse, Queen, Agnes Obel et les Rita Mitsouko qui passent à la casserole !

Et pourquoi jamais C. Jérôme, Michel Sardou ni Claude François ? On l'ignore...

Dernière minute : 3017

à la nuit tombée, chaque semaine à la même heure, dans une nécropole située près des ruines de l'ancienne ville de Millau, des témoins prétendent voir s'extirper, hors d'immondes tertres et d'indescriptibles mausolées, une foule de goules, spectres et morts-vivants, qui grognent et vocifèrent d'innommables couplets en des langues oubliées. Ils semblent menés par un ignoble zombi, au visage hideux, tout de lambeaux vêtu et armé d'un indéfinissable instrument vermoulu, qu'ils vénèrent sous le terrible sobriquet de Jean-Belzébuth !

Qui arrêtera la Bande à Tissot ?




Des questions :   contact@polysongs.info